Benoit / Clarence, trans et alors !

0
Benoit Clarence Trans et alors

Salut, qui es tu ?

Salut, je suis Bidule. Ou Benoît ou Bernie ou bien même Clarence. Ça c’est pour mon nom, pour le reste je suis un drôle de mélange entre ce que je suis et ce que la société attend de moi.

Que fais-tu dans la vie ?

Je peins, j’écris, je répare des maisons, je suis grimpeur et céiste. J’ai aussi un travail, je suis technicien d’étude dans le bâtiment.

Tu vas où quand tu sors ?

Je raffole des concerts punks et des festivals. J’aime aller dans des concerts privés à l’ambiance déjantée.

Si tu étais … tu serais ?

– une couleur : Le rouge de la tristesse et du sang, le vert de la forêt et de mes yeux, l’arc en ciel imprévisible et changean,t je suis blanc comme cette couleur qui les réunit toutes. Seulement, avec les morsures du temps, ma couleur a changé, s’est altérée, j’aime me cacher dans les arbres et rester loin de tout, protégé par la nature, là, j’emprunte la couleur des arbres, des feuilles et des rivières.

– un mot : Non, je ne suis pas un mot, je suis multiple.

– un défaut : Je suis parfaite, merci d’arrêter de vouloir me changer.

– un livre : Lève-toi et marche de Hervé Bazin. Ok, pas un bestseller mais quand même une ode à la vie. Au combat de chaque jour pour exister, pour faire valoir ses droits.

– un alcool : Le Dirty Harris, un alcool fort qui marque pour longtemps le palais. Il porte bien son nom et on ne peut pas l’oublier. En fait, il a un gout horrible et fort qui devient vite addictif. Il ne faut pas tomber dedans car, si on commence on est sûr de finir la bouteille en le regrettant à chaque gorgée.

Quel est ton rêve d’enfant ?
Enfant, je voulais avoir une maison. Un endroit stable où je pourrais vivre, je sais que c’est un rêve égoïste alors que j’aurais pu souhaiter le bonheur dans le monde devenir pompier ou cosmonaute, mais non, enfant je pensais à moi. L’autre n’est apparu que bien plus tard.

Tu te vois où dans 10 ans ?
Ouh là c’est loin, je ne me vois pas plus tard, mais j’aurais l’espoir d’avoir fondé une famille, j’aimerais bien être stable financièrement et socialement, n’avoir plus de soucis pour gagner ma vie et m’occuper de mes futurs enfants.

Quelle est ton idée du bonheur ?
Un jour de printemps, je n’ai plus eu à me soucier de l’avenir ni du passé, je me suis allongé dans mon canapé et j’ai fait une sieste, seul le gazouillement des moineaux me tenait éveillé, j’étais chez moi, il faisait bon et je ne manquais de rien. Les seuls contacts sociaux que j’avais étaient dénués de violences, j’étais bien.

En qui/quoi crois-tu ?
C’est difficile à répondre, je crois en dieu sans y croire, je prie et fais des pèlerinages. Je suis Catholique mais je ne crois pas, mais alors pas du tout, en mon église qui reste trop ancrée dans des croyances éphémères et discriminatoires. Je crois en mes deux meilleures amies qui sont d’une loyauté sans faille mais qui sont malheureusement trop loin et trop occupées à mon goût.

Quelle est ta plus grande peur ?
Ma peur est de combattre le démon, au sens humain, j’ai déjà traversé l’enfer pour sauver les gens que j’aime et je n’ai remonté de ces voyages que des anges déchus. Sauf mais irrémédiablement marqué par ce trajet. J’aime bien cette figure de style pour expliquer que toute personne qui s’en prendra à moi ou à un de mes proches subira mon courroux. J’ai déjà eu à me battre pour que certaines personnes qui ne comprennent pas ce qu’est le respect humain aille l’apprendre en prison et ma plus grande peur serait d’avoir à le refaire.

Quel est ton meilleur souvenir ?
J’en ai plein. Ce sont des souvenirs d’amour intense et total, des moments de rencontre d’âmes avec des femmes. Nos sentiments se rencontrant dans une communion dont l’intensité ne peut permettre une durée que proportionnelle à nos réserves affectives.

En quoi te réincarnerais tu si tu le pouvais ?
Là tout de suite, en mon chat, mais en fait demain peut-être en autre chose.

Quelle est la qualité que tu aimes chez une femme ?
J’aime lorsque son regard brille en plongeant dans le mien. J’aime les garçonnes dominatrices. J’aime que madame conduise et fasse le premier pas.

Si tu pouvais avoir un pouvoir, lequel choisirais-tu ?
Celui de rendre les gens non violents.

As-tu une héroïne dans la vie réelle ?
Oui, mais elle préfère que je ne parle pas d’elle. En fait elle veut redevenir normale et oublier ses super pouvoirs, elle vit dans le déni qu’elle est plus forte que la moyenne.

Comment te qualifies-tu, sexuellement parlant ? (lesbienne, bie, trans, queer…)
Hihi, je ne suis pas un, pas une, je suis un trans qui aime les femmes, mais suis-je vraiment trans ? Vers six ans, j’ai compris ou suis tombé persuadé que la différentiation vestimentaire entre les garçons et les filles était complètement arbitraire. Donc, je porte différents genres selon la situation mais mon souhait serait de n’en porter aucun.

En quoi cela a-t-il influencé ta vie, tes choix ?
Et bien être un enfant qui ne voit pas l’intérêt de mettre des jupes pour les filles et des pantalons pour les garçons pose déjà un problème de « survie » dans le collège où j’étais scolarisé. Pendant tout mon cursus scolaire collège lycée, les équipes enseignantes me demandaient de changer de comportement car ma façon d’être créait des comportements agressifs, en gros j’étais responsable des détraqués qui me tombaient dessus pour me frapper ou m’arracher les cheveux et pour ce qui est du sport, j’étais doué mais les douches communes étaient aussi problématiques.
Mais cela a changé en études supérieures, ma position sociale a complètement changée à ce moment-là. De déchet, je passais à désir. Certains de mes professeur étaient jaloux (ou excités) à l’idée que je puisse venir en cours en jupe, je me suis mis à piocher dans les garde-robes de mes amours. Elles étaient la plupart ravies car je satisfaisais deux penchants de leur vie sexuelle.

As-tu une devise ?

L’ Avenir sera meilleur,

j’aime beaucoup aussi l’écrit de Gautier qui dit :
« Et mec, Tu es Gouine ou tu es Pédé ? »


Comme Benoit/Bernie/Clarence, participez et aidez à la visibilité de la diversité !

Inscrivez-vous pour recevoir le questionnaire :

LAISSER UN COMMENTAIRE